Actualités générales, Nouvelles publications, Manifestations scientifiques, Appels à projets, Actualités institutionnelles, Lettre d'information


3e colloque international des Rendez-vous du TSANGA Transmissions des Savoirs et Appropriation Numérique des Générations Africaines

Appel à Communication

16-17 mai 2019 /  MSH-Lorraine à Nancy
(dépôt des communications avant le 1er septembre 2018)

Argumentaire général

Dès les premiers contacts avec le monde occidental et jusqu’à la période contemporaine en passant par l’ère coloniale, les populations extra-européennes, par un jeu de mélanges, de fusion et de redéfinition, ont dû confronter leurs propres savoirs culturels à ceux des Occidentaux et inversement. Cette situation a entraîné une recomposition des savoirs culturels, recomposition qui a été souvent appréhendée comme la production de signes locaux dans des langages globaux, mais qu’on peut voir aussi dans d’autres cas, à l’inverse, comme la production de signes globalisés à partir de langages locaux. Ainsi, formes linguistiques et visuelles, pensées, concepts politiques, symboles culturels locaux, modalités socio-économiques etc., se transforment en de nouvelles visions et perceptions du monde en perpétuelle évolution. Dans ce jeu où les identités et représentations se jouent et se déjouent, comment interpréter et analyser les héritages mutuels, les permanences et les ruptures, les convergences et les disparités dans une dimension à la fois culturelle et transculturelle relative à l’appropriation des savoirs dans les pays du Sud ?

L’émergence des études postcoloniales (postcolonial studies), surtout en littérature, grâce à des auteurs comme Saïd, Spivak et Homi Bhabha, permet depuis les années 1980 de questionner l’héritage culturel transmis par la colonisation. Si ces études facilitent aujourd’hui la compréhension des processus de développement et de formation des identités culturelles, notamment sous l’angle général d’un writing back, parfois aussi à l’enseigne d’une hybridité, voire d’un métissage valorisant, peu de travaux s’intéressent principalement aux mécanismes concrets d’appropriation voire de construction des savoirs culturels en ces contextes. C’est ce à quoi le présent colloque se consacre.   
A la suite des deux premières rencontres qui ont mis successivement l’accent sur la perception et la dénomination des couleurs et les Couleurs, êtres vivants : les nouvelles perspectives des Relations Humaines dans les pays du Sud, (cf https://couleur-tsanga.event.univ-lorraine.fr/)  ce troisième rendez-vous du TSANGA entend poursuivre la réflexion théorique et méthodologique sur la couleur — thème fédérateur du programme TSANGA — en se saisissant de cette thématique qui est en même temps un champ sémantique comme lien entre espaces territoriaux, savoirs, sociétés, cultures et histoire. Guidé par une question principale, celle de savoir comment l’acquisition des savoirs devient le lieu de mise en place de stratégies d’exploitation des signes culturels locaux dans des langages globaux, le colloque envisage la couleur comme un matériau à la fois original et pragmatique pour appréhender les enjeux relatifs aux interactions et échanges, aux circulations et transferts entre les cultures dites occidentales et celles des pays du Sud. Il s’agit en définitive d’examiner comment la couleur, dans ses dimensions symbolique, culturelle, politique, sociale, temporelle et pratique peut se révéler un outil d’approche des problématiques d’appropriation des savoirs.

Plus d'informations sur cette page.

Vous êtes invités à̀ envoyer, avant le 1er septembre 2018, vos propositions de communication, en langue française ou anglaise, conjointement à Erick Cakpo, erick.cakpo@univ-lorraine.fr
et à Sylvie Grand’Eury-Buron, sylvie.grandeury-buron@univ-lorraine.fr