Accès direct au site web trilingue du projet : http://www.aliento.eu

ALIENTO (ANR)

« Analyse Linguistique & Interculturelle des ENoncés sapientiels et Transmission Orient/occident »

Responsable scientifique : ORTOLA Marie-sol

picto small clock Durée prévue : 42 mois
picto play Date de démarrage : 2014-01-01

Le site web du projet : http://www.aliento.eu

Disciplines des chercheurs lorrains

Langues et littératures anciennes
Langues et littératures romanes : espagnol, italien, portugais, autres langues romanes
Sciences de l'information et de la communication
Sciences du langage : linguistique et phonétique générales

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

ACHARD-BAYLE Guy (PR) - CREM (EA 3476), Université de Lorraine
BEY Frederique (IE) - MSH LORRAINE (Autre 3261), Université de Lorraine
CHAABANE Zouhour (Post-doc) , INALCO
CHABROLLE-CERRETINI Anne-marie (PR) - ATILF (UMR 7118), Université de Lorraine
FOULIGNY Mary-nelly (MC) - HISCANT - MA (EA 1132), Université de Lorraine
L'ETANG Marie (IE) - MSH LORRAINE (Autre 3261), Université de Lorraine
LACHHAB Touria (Doct) - CREM (EA 3476), Université de Lorraine
ORTOLA Marie-sol (PR) - LIS (EA 7305), Université de Lorraine
SERRANO Florence (Post-doc) , MSH LORRAINE
TOROLLO David (Post-doc) , INALCO


Autres chercheurs et partenaires engagés dans le projet

Marie-Christine Borne-Varol, INALCO, co-porteuse scientifique du projet

ATILF (CNRS, université de Lorraine)

Universités Paris 8, Paris 13
Universidad Complutense de Madrid, CSIC de Madrid, Université de Valence en Espagne ; Ca’ Foscari, Bari ; Université de Haifa et de Bar-Ilan, Israël)

Présentation

ALIENTO
(Analyse Linguistique, Interculturelle d’ÉNoncés sapientiels et Transmission Orient/Occident-Occident/Orient)

Construction d’une base de données sur les sources, la transmission, la circulation et la postérité des énoncés sapientiels de la Péninsule Ibérique (IXe-XVe siècle) entre les Trois Cultures)

Avec le soutien de l'Agence Nationale de la Recherche (2014-2017)

 

Accès direct au site trilingue du projet : http://aliento.msh-lorraine.fr

Au IXe siècle, la tradition arabe de l’adab parvient en Espagne en al-Andalus, plaque tournante où s’échangent les savoirs venus d’Orient. Ils passent aux royaumes chrétiens de la Péninsule grâce au rôle de relais pour l’Occident que jouent, dès le XIe siècle, les centres monacaux du nord de l’Espagne. L’adab rencontre en al-Andalus la tradition sapientielle juive de la littérature midrashique. Des recueils sont composés, des œuvres originales produites aux Xe et XIe siècles et, à partir du XIIe siècle, les recueils d’exempla et de dits des philosophes sont traduits en hébreu, en latin, en langues romanes. Cet héritage complexe se retrouve en bonne part dans la littérature espagnole des XVIe et XVIIe siècles et dans les proverbiers espagnols, judéo-espagnols et maghrébins contemporains.

Si les grandes lignes de ces échanges sont connues, on ne sait rien de précis de la circulation effective de ces énoncés sapientiels brefs (notre unité de travail), des choix successifs faits par les traducteurs, des réinterprétations culturelles, ni du poids d’un emprunt par rapport à un autre. Les filiations des textes de sagesse et l’ordre des traductions sont sujets à caution, a fortiori celui des énoncés sapientiels brefs qu’ils contiennent. En raison de la difficulté à les saisir, ces éléments volatiles dont la catégorisation varie selon le temps et les cultures considérées, n’ont jamais fait l’objet d’une étude textuelle d’ensemble retraçant leurs sources, leur cheminement et leur évolution à travers les langues parlées et écrites par les 3 cultures de la Péninsule ibérique au Moyen Âge. Les études de parémiologie ont produit de grandes compilations de proverbes; des éditions critiques; des études savantes consacrées à une seule œuvre, une seule langue ou une seule culture, à l’exception notable du travail pionnier de D. Gutas sur le Philosophical Quartet (1975). Les rares bases de données existantes portent sur des corpus de parémies contemporaines, le plus souvent unilingues ou avec une perspective traductologique.  
Le projet ALIENTO vise donc à calculer les concordances partielles ou totales des textes, leurs connections proches et éloignées afin de réévaluer les relations intertextuelles, en confrontant une grande quantité d’unités et en croisant des textes écrits dans des langues différentes.
Pour ce faire, le projet qui nécessite une collaboration interdisciplinaire étroite entre les chercheurs informaticiens (ATILF) et les spécialistes des textes et linguistes (MSH Lorraine + INALCO et leur réseau international de collaborateurs) élaborera un logiciel transférable à d’autres textes semblables à partir d’un corpus de référence constitué de 8 textes apparentés ayant circulé dans la Péninsule ibérique au Moyen Âge (en latin, arabe, hébreu, espagnol et catalan), soit 582 pages de textes pour un nombre d’énoncés sapientiels brefs évalué à 9570 unités. L’outil développé devra extraire et relier les énoncés par des appariements établis à partir d’un balisage précis scientifiquement mis au point et consigné dans un manuel d’encodage XML-TEI.
L’ATILF développera un programme d’interrogation multilingue (français, espagnol, anglais) des données appariées et mettra en ligne les textes annotés du corpus ALIENTO sur le CNRTL assurant l’archivage pérenne des corpus et à terme sur l’Equipex ORTOLANG.

À la fin du projet on disposera :

  • d’un ensemble de textes appartenant à un corpus noyau multilingue, numérisés, balisés en XML (TEI) et interrogeables, reliés à un ensemble de données sur le texte et son auteur.
  • d’un ensemble formé par les énoncés sapientiels brefs de chaque texte avec leurs annotations XML/TEI, consultable en ligne en accès libre.
  • d’une plate-forme d’interrogation, qui affichera les énoncés appariés des ouvrages multilingues traités, avec des informations permettant de les étudier indépendamment de leur langue.
  • d’une méthodologie d’annotation et d’un logiciel d’appariement transférables à d’autres corpus similaires.


Problématique
Le projet vise à la réévaluation du rôle de la Péninsule Ibérique dans le transfert et l’échange des savoirs sapientiels de l’Orient à l’Occident et de l’Occident à l’Orient au Moyen Âge à travers l’étude des énoncés sapientiels brefs (maximes, sentences, proverbes...) qu’ils contiennent. Les questions posées sont : 1) quelles sont les relations exactes entre les textes sapientiels échangés entre plusieurs langues, plusieurs cultures et trois religions dans la Péninsule Ibérique (et en Provence) au Moyen Âge ? 2) Quels changements s’opèrent lors des traductions, réinterprétations, relectures dont témoignent les nombreuses œuvres et compilations rédigées entre le IXe et le XVe siècle ? 3) Comment, depuis les sources de sagesse anciennes, parvient-on aux proverbiers méditerranéens modernes et contemporains ?