PRATISCIENS

« Repenser les sciences à partir des pratiques scientifiques »

Responsable scientifique : SOLER Léna
Mots clés : pratiques, sciences,
picto small clock Durée prévue : 48 mois
picto play Date de démarrage : 2009-01-01

Ce projet a bénéficié du soutien de l'ANR (Agence Nationale de la Recherche) entre 2009 et 2012.

Disciplines des chercheurs lorrains

Epistémologie, histoire des sciences et des techniques
Philosophie
Philosophie, histoire de la pensée, sciences des textes, théorie et histoire des littératures et des arts

Ethnographie des sciences (études 'de terrain' de la science en train de se faire).
Disciplines objet : physique, mathématiques et logique, sciences de la vie.

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

CATINAUD Régis (Doct) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine
IMBERT Cyrille (CR) - LHSP - AHP (UMR 7117), CNRS
ISRAEL-JOST Vincent (Autre) - LHSP - AHP (UMR 7117)
MOKTEFI Amirouche (Post-doc) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine
SOLER Léna (MC) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine
TRIZIO Emiliano (Docteur) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lille
WIEBER Frédéric (MC) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine


Autres chercheurs engagés

GIARDINO Valéria (post-doc) - Institut Jean Nicod, Paris.
ALLAMEL-RAFFIN, Catherine EA 3424 - IRIST Faculté de Pharmacie de Strasbourg
GANGLOFF, Jean-Luc EA 3424 - IRIST Faculté de Pharmacie de Strasbourg
ARNETON, Mélissa (IE) - IRIST, Université de Strasbourg depuis septembre 2010). Docteur en psychologie (2010)
SALANSKIS, Jean-Michel (PR) - Université Paris Ouest La Défense. Recherche à l’Institut de Recherches en Philosophie et en Histoire de la Philosophie, EA 373.

Présentation

Que nous a appris le « tournant pratique » de la philosophie des sciences à propos des sciences et de leur spécificité par rapport à d’autres activités humaines ?

Objectif  général du projet et problématique

La philosophie des sciences, et plus généralement les études réflexives consacrées aux sciences (sociologie des sciences, histoire des sciences, etc.), ont, à partir des années 1980 et toujours plus depuis, insisté sur la nécessité de ne pas s’en tenir aux théories scientifiques constituées appréhendées via les travaux scientifiques publiés, mais de prendre en compte les pratiques scientifiques (expérimentales, théoriques, technologiques…) considérées dans toutes leurs dimensions (y compris matérielle, implicite, sociale, psychologique, etc.) et dans leur processus dynamique de constitution (y compris les tâtonnements, erreurs, errances, impasses, etc.). On a parlé de « tournant pratique ». Ce « tournant pratique » a introduit de nouvelles méthodes d’analyse de l’activité scientifique, un intérêt pour des aspects jusque-là ignorés ou négligés, et l’investigation de nouveaux objets. Il a produit de nombreuses études de cas très détaillées et finement contextualisées. Globalement, il a prétendu offrir une image nouvelle de la science, plus fidèle que les études de l’ère antérieure. Cependant, les travaux correspondants, qui relèvent de domaines académiquement encore trop cloisonnés, s’avèrent très diversifiés, pour ne pas dire hétérogènes ou conflictuels, en termes de démarches et de conclusions. Très peu de tentatives ont été faites pour considérer la situation dans sa globalité. Le projet PratiScienS avait pour objectif ultime d’établir un bilan du « tournant pratique », en vue de dégager ce que ce tournant nous a finalement appris à propos des sciences et des démarches fécondes pour les étudier. L’enjeu est évidemment crucial compte tenu de l’importance de la science dans le monde contemporain.

 

Méthodes ou technologies utilisées

Conduire en étroite interaction des investigations bibliographiques systématiques, des études de cas de la science passée ou « en train de se faire », et l’élaboration d’outils conceptuels.
Le projet a été structuré en sept grandes thématiques jugées à la fois centrales et insuffisamment explorées : stratégies expérimentales ; robustesse des résultats scientifiques ; aspects tacites des pratiques scientifiques ; contingence/inévitabilité des résultats scientifiques ; pratiques mathématiques et logiques ; images scientifiques; simulations. L’objectif du projet exigeait un travail collectif articulant des compétences diversifiées et complémentaires. Aussi avons-nous constitué un groupe ‘noyau’ composé de chercheurs à la fois en sciences humaines et en sciences exactes, ainsi que de chercheurs spécialistes, selon les cas, de philosophie des sciences (dans ses orientations ‘analytique’ et ‘continentale’), d’histoire des sciences et de sociologie des sciences. En vue d’établir une synthèse ordonnée des démarches et des thèses qui se dégagent du tournant pratique, nous avons répertorié, analysé et classifié des travaux nombreux et hétérogènes. Corrélativement, deux études « de terrain » de la science contemporaine « en train de se faire » ont nourri les recherches : l’une dans un laboratoire nancéien de nano-physique des matériaux (réalisée par une post-doctorante recrutée dans ce but) ; l’autre dans un laboratoire strasbourgeois de pharmacologie (déjà engagée par une enseignante-chercheuse membre de PratiScienS). A travers les journées mensuelles de travail collectif et l’organisation d’un colloque international par an, nous nous sommes employés à conceptualiser notre objet en faisant des allers retours entre études de cas concrets et élaboration de cadres analytiques.

Résultats majeurs du projet

  • Nouvelle étude de la science contemporaine « en train de se faire » dans un laboratoire de nano-physique des matériaux (équipe « Nanomagnétique et électronique de Spin » de l’Institut Jean Lamour, UMR 7198).
  • Base de données avec bibliographie très complète régulièrement actualisée et fiches bibliographiques réalisées par les membres de PratiScienS sur des textes importants liés au tournant pratique.
  • Organisation de 4 colloques internationaux et de 2 journées d’études internationales.
  • Nombreux partenariats internationaux : la liste des chercheurs étrangers officiellement rattachés à PratiScienS reflète le rayonnement international que PratiScienS a rapidement acquis ; elle comporte à la fois de grandes figures internationalement reconnues (H. Chang, H. Collins, P. Galison, A. Pickering, W. Wimsatt…) et de jeunes chercheurs prometteurs.
  • A travers les colloques, publications et collaborations internationales, PratiScienS a contribué : (i) à faire apparaitre la question de la contingence/inévitabilité des résultats scientifiques, jusque là largement ignorée par la philosophie des sciences, comme une question importante ; (ii) à favoriser les conditions d’un dialogue entre les chercheurs intéressés par la philosophie des pratiques scientifiques, d’une part dans les sciences empiriques, d’autre part dans les sciences formelles.

 

Production scientifique depuis le début du projet

Au-delà de son importance quantitative, la production scientifique de PratiScienS se caractérise par son caractère authentiquement collectif. Les élaborations collectives du groupe noyau, en interaction avec les partenaires internationaux, se sont concrétisées par :

  • Deux volumes de recherche déjà publiés en anglais (l’un sur la robustesse paru chez Springer, l’autre sur les pratiques mathématiques et logiques paru comme numéro thématique de Philosophia Scientiae) ;
  • Trois volumes de recherche en cours d’élaboration en anglais (sur la contingence, à soumettre à Pittsburgh University Press ; sur les aspects tacites, numéro thématique de Philosophia Scientiae qui paraitra en novembre 2013 ; et sur les enseignements du tournant pratique, projet en cours de soumission chez Routledge).
  • Deux livres à visée pédagogique et de valorisation, en cours d’élaboration en français (un manuel de haut niveau qui paraitra chez Ellipses en 2013 et un recueil de notices bibliographiques à paraitre chez Néothèque) ;
  • Un article sur les pratiques de calibration co-signé par les membres du groupe noyau (en cours de soumission)
  • Diverses communications collectives à des colloques internationaux.


Partenariats

Le projet PratiScienS était un projet de recherche fondamentale en philosophie des sciences, coordonné par Léna Soler. Il était officiellement mono-partenaire (UMR 7117 - LPHS-Archives Henri Poincaré à Nancy), mais il a en réalité conduit à faire travailler régulièrement ensemble des chercheurs de trois équipes, à savoir, outre les Archives H. Poincaré, une équipe de sciences humaines, l’IRIST (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie, EA 3424 : GERSULP, LESVS, EPM, université de Strasbourg), et une équipe de physique, « Nanomagnétisme et électronique de Spin » (Institut Jean Lamour, UMR 7198). Le projet a commencé en janvier 2009 et a duré 48 mois.

 

>>> Aller plus loin / en savoir plus :

http://poincare.univ-nancy2.fr/PratiScienS/Projet/

 

affiche pratisciens affiche pratisciens