ANCOR

« Analyse des Nominalisations sur CORpus »

Responsable scientifique : KNITTEL Marie-Laurence
Mots clés : nominalisations, syntaxe, corpus,
picto small clock Durée prévue : 36 mois
picto play Date de démarrage : 2009-09-01

Disciplines des chercheurs lorrains

Langues, langage, discours
Sciences du langage : linguistique et phonétique générales

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

BEAUSEROY Delphine (Docteur) - ATILF (UMR 7118), Université de Lorraine
JACQUEY Evelyne (CR) - ATILF (UMR 7118), CNRS
KNITTEL Marie-Laurence (MC HDR) - ATILF (UMR 7118), Université de Lorraine
LECOLLE Michelle (MC) - CREM (EA 3476), Université de Lorraine
NAMER Fiammetta (PR) - ATILF (UMR 7118), Université de Lorraine


Présentation

L'objectif initial de cette recherche est de valider par une étude sur corpus, les hypothèses émises dans M. L. Knittel (2007, 2008, 2010) sur les propriétés (morpho-) syntaxiques des structures dont la tête est un nom construit par nominalisation, afin d'en déduire des régularités sémantiques et interprétatives.

Les précédents travaux menés dans le cadre de ANCOR ont mis l'accent sur la validation par étude de corpus des propriétés morpho-syntaxiques les plus fréquemment repérées des noms d'événements complexes (dorénavant NEC) : détermination définie et invariabilité en nombre. Les études menées sur corpus ont permis de valider ces premières hypothèses (Beauseroy, Jacquey, Knittel 2011) ; cependant, elles ont également montré leur insuffisance. Les chercheurs ont notamment relevé deux phénomènes nouveaux :

- La possibilité de pluraliser certains NEC ;
- La détermination indéfinie, possible pour certains NEC, mais aussi induite par un modifieur adjectival pour certains noms d'événements simples (NES).

Les recherches sur ces deux thèmes ont abouti à de nouvelles analyses, fondées sur les propriétés aspectuelles des noms d'événements.

- La possibilité de pluraliser certains NEC est indépendante de leur aspect 'interne' (i.e. de leur aktionsart) ; elle est au contraire déterminée par leur aspect 'externe' (ou 'aspect grammatical'). Plus précisément, la variabilité en nombre des NEC est liée à leur lecture perfective (cf. les lavagesPerf de la chemise / {la conduiteImperf / *les conduites} de la voiture) (Knittel 2011).

- La possibilité d'employer l'article indéfini (au lieu du défini) pour introduire les NEC relève du même facteur ; les chercheurs postulent donc que les NEC introduits par l'article défini doivent être analysés comme imperfectifs, la perfectivité se caractérisant par l'emploi de l'indéfini (cf. ils ont procédé à uneIndef ventilation des locaux) (Knittel, soumis).

- Par ailleurs, après avoir remarqué la possibilité d'employer l'article indéfini à la place du partitif pour certains NES, les chercheurs en ont proposé une analyse et une formalisation syntaxique (cf. {de la gentillesseQual / de la danseActiv} vs {une / *de la} grande gentillesse / {une / *de la} danse gracieuse}) (Beauseroy & Knittel 2012).

 

Bilan de la journée d'études NOMICO (Nancy, septembre 2012)

La Journée d'Étude NOMICO* (NOMInalisations et COrpus) s'est tenue à Nancy le 7 Septembre 2012. Elle a regroupé les interventions de 8 participants , sélectionnés par un comité de lecture international composé de syntacticiens, sémanticiens et morphologues, pour la plupart spécialistes des nominalisations et/ou des corpus.
La Journée NOMICO a été un événement intéressant et particulièrement novateur à plusieurs titres. D'abord, elle a permis la rencontre de deux communautés de chercheurs en syntaxe / sémantique : la communauté des chercheurs travaillant à partir de corpus d'une part, et celle qui s'intéresse à la linguistique théorique d'autre part.
Ensuite, cet événement a permis de renforcer les liens avec d'autres chercheurs, tant au niveau national qu'international. L'élaboration du comité de lecture a donné l'opportunité de prendre de nouveaux contacts avec des chercheurs confirmés. De plus, nombre d'auteurs retenus pour les communications sont de jeunes chercheurs d'horizons divers, également susceptibles d'entamer des collaborations avec les membres de ANCOR.
En outre, la variété des langues décrites (français, chinois, italien, allemand) lors de cette journée indique que la portée du sujet va bien au delà de la linguistique française.
Enfin, si les nominalisations ont déjà fait l'objet de plusieurs journées d'étude (notamment les JENOM, de I (Nancy, 2008) à 4 (Stuttgart 2011)) l'approche fondée sur les corpus renouvelle la thématique de manière intéressante.

*Les communications présentées lors de cette journée sont intégralement accessibles en ligne à l'adresse : http://www.atilf.fr/nomico2012/programme.php