INTERHUMAIN

« Connaissance de l'interaction humaine ; origine, rationalité et clinique »

Responsable scientifique : MUSIOL Michel
Mots clés : reconnaissance faciale, eye-tracking, dialogue, neurocognition sociale, cognition relationnelle
picto small clock Durée prévue : 36 mois
picto play Date de démarrage : 2012-01-01

Co-responsable scientifique : VERHAEGEN Frédéric

Disciplines des chercheurs lorrains

Philosophie
Psychologie, psychologie clinique, psychologie sociale

Autres disciplines

Neuropsychologie, psychologie cognitive, psychiatrie, psycholinguistique

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

BATT Martine (MC HDR) - INTERPSY (EA 4432), Université de Lorraine
BOCEREAN Christine (MC) - ATILF (UMR 7118), Université de Lorraine
CAHAREL Stéphanie (MC) - INTERPSY (EA 4432), Université de Lorraine
MUSIOL Michel (PR) - ATILF (UMR 7118), Université de Lorraine
PADRONI Stéphanie (Doct) - INTERPSY (EA 4432), Université de Lorraine
REBUSCHI Manuel (MC HDR) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine
TROGNON Alain (PR) - INTERPSY (EA 4432), Université de Lorraine
VERHAEGEN Frédéric (MC) - APEMAC (EA 4360), Université de Lorraine


Autres chercheurs engagés dans le projet

Centre de Neuroscience cognitive, UMR CNRS 5229/université Claude Bernard - Lyon :
Nicolas Franck, PR U-PH
Caroline Demily, PH

Communication, Information, Médias, EA 1484, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle :
Eric Grillo, MC

Présentation

Le présent projet a pour objectif d'anticiper l'élaboration d'une théorie formelle de l'interaction humaine qui intègre et dépasse les tentatives de formalisation des langues naturelles dans leur rapport à l'interaction. Ce projet vise une modélisation plus globale de l'interaction humaine, intégrant les aspects du comportement non verbal qui participent tout autant que le comportement verbal à la régulation intersubjective du processus de communication.

Ce projet rencontre entre autres la question de la « négociation », nécessairement au cœur de l'interaction humaine. Cette recherche rejoint ainsi les préoccupations théoriques de chercheurs qui abordent l'étude du concept de « négociation » en tant que processus, lui-même contraint par des facteurs qui sont l'expression de lois psychologiques ainsi que de lois logiques et mathématiques. La manière dont les sujets représentent et négocient le monde est en grande partie déterminée par des contraintes interprétatives qui sont l'expression de ces lois ‘naturelles', en fait des facteurs d'ordre psychologique et d'ordre physique (en un sens large). Cet objectif de formalisation de l'interaction humaine est en ce sens lui aussi animé par la tentative de contribuer à la mise au jour et à l'explicitation des principes d'articulation de ce double système de contraintes. Le projet espère examiner ainsi, entre autres, la pertinence de l'hypothèse selon laquelle l'émergence et la création de représentations, de croyances et de cognitions, quelles qu'elles soient et quel que soit le contexte dans lequel on les observe, a toujours pour condition nécessaire un certain complexe configuré par l'un et l'autre type de facteurs.


Les enjeux et attentes autour de cette recherche sont multiples, par exemple :

  • L'aide au diagnostic des patients, qui peut conduire à des formations au diagnostic psychopathologique tant au bénéfice des médecins psychiatres qu’aux psychologues cliniciens ;
  • L'amélioration des stratégies de prises en charge thérapeutiques tant sur le plan pharmacologique que sur le plan psychothérapeutique et de remédiation cognitive ;
  • La publication d’ouvrages de vulgarisation scientifique sur la question des pathologies mentales et des relations esprit-cerveau...