Ouvrages

Grâce au menu ci-dessous, vous pouvez réaliser une recherche par axes et par projets de recherche. Le module de recherche vous permet quant à lui de réaliser une recherche détaillée par mots-clés, auteurs et années.

Annees:  
Toutes :: 2010, 2011, 2012, 2015
Auteurs:  
Tous :: D, G, M 
  
 
Preferences: 
References par page: Mots clefs Voir les resumes
References

2015

Books:

 
Goody, Jack
of EthnocritiqueS
Publisher: PUN-Éditions universitaires de Lorraine, Nancy
2015
ISBN: 978-2-8143-0191-7

Resume: En une dizaine de chapitres courts et vifs, Jack Goody expose ici des questions majeures d’anthropologie du symbolique. Il s’interroge en particulier sur quelques concepts-clés des sciences de la culture : le mythe, le rite, l’oralité. L’examen ou le réexamen critique (autocritique à l’occasion) de ces quelques notions « fétiches » sont conduits à la lumière des réflexions et des débats propres à la communauté scientifique d’hier et d’aujourd’hui – mais aussi à l’aune de l’expérience de terrain de l’africaniste que fut à l’origine J. Goody. À partir de ses célèbres travaux sur le mythe LoDagaa du Bagré, Goody remet en cause, par exemple, les interprétations structuralistes et fonctionnalistes des arts du dire et du faire. Il insiste sur la variation créative de la culture orale et sur la labilité de ses imaginaires. Plus généralement, ces essais pénétrants et parfois provocateurs sur des sujets de pleine actualité (le rite et la religion, l’écriture et les systèmes langagiers hybrides, le mythe et les littératures du monde, la mémoire orale et l’art du récit, etc.) nous confrontent à des problèmes passionnants de méthodologie et de technologie de l’intellect dans les sciences humaines et sociales.

Annotation: Traduction de l’anglais de Claire Maniez, coordination et présentation de Jean-Marie Privat

Equipe: Axe 2 : ETHNOCRITIQUE

2012

Books:

 
In Véronique Cnockaert; Bertrand Gervais; Marie Scarpa, editor, of EthnocritiqueS
Publisher: PUN-Éditions universitaires de Lorraine, Nancy
2012
ISBN: 978-2814301016

Resume: Le territoire de l’idiot, s’il en a un, n’est, dans la littérature et les arts en tout cas, ni celui de la folie ni celui de la bêtise, ni même, au fond, celui de l’idiotie. Il s’y impose avant tout comme un révélateur d’identité et un réservoir d’altérité. Sa résistance et son opacité font de lui une figure de l’imaginaire sur laquelle viennent se greffer des valeurs et des attentes, qui se trouvent aussitôt dévoilées et possiblement déconstruites. Et, du point du vue d’une anthropologie du symbolique et d’une ethnocritique de la littérature, l’idiot est, malgré l’inconfort de la posture, un être des seuils et des frontières, de l’entre-deux mondes, un personnage liminaire. Figure de l’imaginaire, personnage liminaire : ces deux qualifications permettent de renouveler la pensée de l’idiot et ce sont elles que les essais réunis ici explorent, qu’ils portent sur Bécassine, Bouvard et Pécuchet ou la Esméralda, Ernesto, Valentin et Orson, le Berger extravagant, la Léone de Koltès et d’autres idiots encore qui semblent préférer ne pas (tout savoir)...

Equipe: Axe 2 : ETHNOCRITIQUE

 
Ménand Doumazane, Françoise
of EthnocritiqueS
Publisher: PUN-Éditions universitaires de Lorraine, Nancy
2012
ISBN: 978-2-8143-0134-4

Resume: « Miroirs d'Aline » propose une lecture ethnocritique du premier roman de Charles-Ferdinand Ramuz, publié en 1905 en coédition à Paris et à Lausanne. Le point de départ de cet essai est une archéologie culturelle des vingt-sept premières années de l'écrivain, de sa naissance à l’édition d’Aline. Le croisement d’analyses poétique et anthropologique permet de circuler dans les textes ramuziens – roman, récit autobiographique, correspondance, journal – comme dans des cosmologies discursives et expérientielles. Se dessine ainsi la cartographie d’un territoire littéraire et humain dont les signes clés sont circulations intertextuelles, passages rituels et transactions symboliques. Le matériau textuel d’Aline est fort riche. Avant-texte, texte publié, rééditions font entendre les voix polyphoniques et belligérantes d’un discours sur le monde et sur la langue. L’étude de l’hétérophonie constitutive de l’oeuvre révèle au travers de motifs tels que celui des boucles d’oreilles l’histoire d’une jeune héroïne au destin marqué et manqué. Mais la dynamique culturelle du roman prend véritablement sens dans le repérage d’une étrange isotopie. La taupe, animal chtonien, et le taupier, figure boiteuse, énoncent en effet le pacte originel et fictionnel du roman, sa poétique et sa poésie. Une lecture ethnogénétique de l’avant-texte d’Aline suivie d’une lecture des rééditions successives et de leurs variantes confirme cet imaginaire culturel du texte. Mais la démarche même de l’ethnocritique appelle un retour et un détour réflexifs sur le parcours intellectuel et sensible qui conduit (à) la lecture proposée. Ainsi la lecture d’Aline se conclut-elle par des fragments d’auto-ethnologie, work in progress qui tente de rendre compte non seulement de l’écriture du texte ramuzien mais aussi de celle d’un compagnonnage critique et personnel. Cette confrontation ethnocritique – par la lecture et l’écriture, à l’autre, au monde, à soi – dessine l’horizon dialogique et critique vers lequel convergent les trois parcours de « Miroirs d’Aline ».

Equipe: Axe 2 : ETHNOCRITIQUE

2011

Books:

 
Drouet, Guillaume
of EthnocritiqueS
Publisher: Presses Universitaires de Nancy, Nancy
mars 2011
ISBN: 978-2-8143-0053-8

Tags: Anthropologie, Lecture, Littérature du XIXe s., Littérature française, Poétique, Pratiques culturelles, Roman

Resume: Cette étude ethnocritique des Misérables propose une relecture de l'œuvre majeure de Victor Hugo en articulant une poétique des textes littéraires et une anthropologie du symbolique. Elle envisage le roman à travers le prisme de son personnage principal, Jean Valjean, dont la représentation complexe emprunte ses caractéristiques à des univers culturels hétérogènes. L'ancien forçat suit un parcours qui le conduit à assumer les fonctions de croquemitaine, d'armièr (messager des âmes), de marieur et de pasteur. L’ensemble de ces figures, omniprésentes dans la société du XIXe siècle et dans le texte hugolien, se combinent pour créer un personnage littéraire unique. Jean Valjean apparaît en effet comme un véritable passeur qui médiatise les relations entre adultes et enfants, hommes et femmes, vivants et morts, entre le sauvage et le domestique. L’étude des différentes figures du héros des Misérables permet de lire son destin comme une tentative singulière d’appropriation de certaines formes de la culture du peuple (récits de croyance, superstitions, légendes et contes de tradition orale, rites et coutumes). Mais l’analyse du système des personnages (Fantine, Cosette, Marius, Gillenormand) met surtout en évidence la polyphonie culturelle de l’œuvre (le verbe hugolien synthétise et syncrétise à sa façon les tensions et interactions entre culture populaire rurale et culture bourgeoise urbaine, entre culture universelle et mythique, culture locale et historique, etc). Jean Valjean, en mariant les destins et les cultures, propose une solution originale au problème central des Misérables : décrire et raconter l’avènement du peuple.

Annotation: Thèse

Equipe: Axe 2 : ETHNOCRITIQUE

 
In Daniel Fabre; Jean-Marie Privat, editor, of EthnocritiqueS
Publisher: Presses universitaires de Nancy, Nancy
2011
ISBN: 978-2-8143-0039-2

Resume: Si l'ethnologie et l'anthropologie, avant de se constituer en savoirs spécialisés, ont une longue préhistoire, leur émergence véritable est justement située dans les parages de la philosophie des Lumières. Pourtant nous ressentons une affinité entre la curiosité ethnologique et un romantisme qui exalte les différences, exotiques et populaires, qui reconnaît la force poétique des langues et des traditions orales, qui fonde la modernité des nations sur des héritages de longue durée. Entre 1800 et 1850, l’expression de ces valeurs trouve chez les écrivains et les artistes, dont beaucoup sont encore des polygraphes heureux, des formes d’expression qui utilisent et parfois mêlent tous les genres : du traité de science morale au roman en passant par le récit de voyage et la recréation littéraire des poèmes et des récits de la tradition. Cet ouvrage revisite ces rencontres entre un savoir qui s’affirme et un champ littéraire et esthétique qui se réoriente et se diversifie. Mais son horizon est plus vaste. Le romantisme ne se contente pas d’accueillir les aspects pittoresques de l’altérité, il situe ces curiosités intenses sur l’horizon d’une critique morale et politique de la modernité qui tiendra une place décisive dans la naissance de l’ethnologie au sens présent du terme. Le progrès, cette idée d’une perfectibilité continue de l’homme, cette croyance en une positivité nécessaire de l’évolution a un revers préoccupant : l’inéluctable disparition des vaincus, victimes de la marche vers le futur. Alors que toutes les sciences de la société naissent du souci de gérer et d’améliorer les sociétés proches, l’ethnologie prend en charge les condamnés et les oubliés, qu’ils soient d’ailleurs ou d’ici, elle leur reconnaît une égale dignité comme expression de la situation humaine. Tel est l’apport profond et mal compris du romantisme auquel l’ethnologie doit non seulement ses choix d’objet, ses méthodes et son éthique mais sa proximité foncière avec la littérature qui, pour une part, veille aussi sur ces ruptures du temps et fait sortir du silence ces apocalypses culturelles.

Equipe: Axe 2 : ETHNOCRITIQUE

2010

Books:

 
In Marie Scarpa; Jean-Marie Privat, editor, of EthnocritiqueS
Publisher: Presses Universitaires de Nancy, Nancy
2010
ISBN: 978-2-8143-000-19

Resume: Horizons ethnocritiques est la publication des Actes du premier colloque international consacré à l’ethnocritique de la littérature. Ce paradigme, à la croisée d’une ethnologie du symbolique et d’une poétique des œuvres littéraires, privilégie l’étude de la polyphonie culturelle dans ses configurations textuelles plus ou moins hétérogènes (culture orale/culture écrite, folklorique/officielle, religieuse/profane, féminine/masculine, légitime/illégitime, endogène/exogène, etc.). Le volume s’ouvre précisément sur un éventail de lectures ethnocritiques consacrées à des auteurs et à des genres variés (Balzac, Zola, Ramuz, Cendrars, Ungerer). La seconde partie offre une série de réflexions épistémologiques sur cette nouvelle approche critique et sur ses rapports de voisinage théorique avec des disciplines connexes (sociocritique, analyse du discours, mythocritique). Une dernière partie, issue d’une table ronde autour d’une étude ethnocritique du Colonel Chabert, croise les contributions de spécialistes de renom en anthropologie sociale ou culturelle, en sémiotique, en études balzaciennes et en didactique de la littérature.

Equipe: Axe 2 : ETHNOCRITIQUE

Total:
6
Exporter au format:
BibTeX, XML