GEO1750-1850

« 1750-1850 : rupture(s) et continuité(s) en géométrie »

Responsable scientifique : BRUNEAU Olivier
Mots clés : géométrie, rupture,
picto small clock Durée prévue : 36 mois
picto play Date de démarrage : 2012-01-02

Disciplines des chercheurs lorrains

Epistémologie, histoire des sciences et des techniques
Mathématiques
Mathématiques et interactions des mathématiques
Philosophie, histoire de la pensée, sciences des textes, théorie et histoire des littératures et des arts

Co-responsable scientifique :

Alexandre Guilbaud, Institut de Mathématiques de Jussieu (IMJ), UMR CNRS 7586/université Pierre et Marie Curie

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

FLAMENT Dominique (DR) - LHSP - AHP (UMR 7117), CNRS
FRIEDELMEYER Jean-Pierre (Autre) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine
JOFFREDO Thierry (Doct) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine
JULLIEN Caroline (Autre) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine
LOMBARD Philippe (MC) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Lorraine
VOELKE Jean Daniel (Autre) - LHSP - AHP (UMR 7117), Lycée de Lausanne
VOLKERT Klaus (PR) - LHSP - AHP (UMR 7117), Université de Wuppertal


Autres chercheurs engagés dans le projet

Christian Gilain, Institut de Mathématiques de Jussieu (IMJ), UMR CNRS 7586/université Pierre et Marie Curie
Christophe Eckes, Institut mathématiques de Toulouse, UMR CNRS 5219/universités de Toulouse
Lawrence Snezana, Senior Lecturer, Bath Spa University (Angleterre)
Blanco Mònica, MCF, GRHCT (Grup de recerca d’Història de la Ciència i de la Tècnica) U. Polythenica de Catalunya (Barcelone)

Présentation

Le passage du XVIIIe au XIXe siècle est généralement pensé non seulement comme un changement de siècle, mais comme un changement d'époque : de l'histoire moderne à l'histoire contemporaine, après la Révolution française ; nouvel épistémè (M. Foucault). Pour la géométrie, le début du XIXe siècle est souvent considéré par l'historiographie comme marquée par l'émergence de la modernité. L’objectif du projet est d’interroger cette thèse globalisante et d’étudier la dialectique des continuités et des ruptures en géométrie dans le second XVIIIe siècle et le premier XIXe siècle, en s'appuyant sur des approches diverses, relatives tant à l'histoire conceptuelle qu'à l'histoire sociale ou à l'épistémologie.Ce programme de recherche porte essentiellement sur l’évolution de la science en général et plus spécifiquement les mathématiques pendant une période charnière qu’est le passage du XVIIIe au XIXe siècle. S’interroger avec une approche historique, sociologique ou philosophique sur la géométrie permet d’avoir un éclairage différent sur les pratiques au sein de cette science jusqu’à aujourd’hui.

Outre les collaborations françaises et internationales enclenchées, un éclairage particulier sera donné à la Lorraine, dans l’un de des quatre axes de recherches du projet. Une étude portera en effet sur l’enseignement de la géométrie à Metz et les interactions vives qui ont existé entre une institution militaire (l’école du génie et d’artillerie de Metz) et une société savante locale (l’Académie nationale de Metz).