EMILE - PREOP

« Enfant Miroir Identité Langage Enonciation »

Responsable scientifique : LUXEMBOURGER Christophe
Mots clés : langage, cognition, enfant, conscience de soi, identité énonciative
picto small clock Durée prévue : 12 mois
picto play Date de démarrage : 2012-12-01

Disciplines des chercheurs lorrains

Génie informatique, automatique et traitement du signal
Psychologie, psychologie clinique, psychologie sociale

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

DINET Jérôme (MC) - INTERPSY (EA 4432), Université de Lorraine
LUXEMBOURGER Christophe (MC) - INTERPSY (EA 4432), Université de Lorraine
PRUSKI Alain (PR) - LASC (EA 3467), Université de Lorraine
SORSANA Christine (MC) - INTERPSY (EA 4432)
SPECOGNA Antonietta (MC) - INTERPSY (EA 4432), Université de Lorraine
TROGNON Alain (PR) - INTERPSY (EA 4432), Université de Lorraine


Autres  chercheurs engagés dans le projet

Université Stendhal-Grenoble 3 / LIDILEM Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères maternelles - EA 609) : Jean-Marc Colletta

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / Laboratoire PRISMES - EA 4398 : Aliyah Morgenstern

Présentation

enfant miroir conscience de soi

Comprendre la conscience de soi chez les tout-petits.

Le concept de conscience de soi se situe au carrefour des préoccupations des champs disciplinaires en sciences de l’Homme. Il constitue de tout temps une question conflictuelle du savoir. Les chercheurs de ce projet l'aborde ici de manière originale en étudiant des situations d’interaction qui portent sur l'analyse des rapports de représentation entre langage et réalité (ce que l’enfant peut en dire) mais aussi eu égard aux réactions oculométriques et émotionnelles chez le jeune enfant de 15 mois à 48 mois. Chez les plus jeunes enfants, les productions verbales encore réduites ou absentes nécessitent une étude à partir de corpus très complets et de données observationnelles objectives reflétant l’activité mentale en temps réel. L’enfant déploie des processus mentaux, produit des raisonnements accompagnés de formes non-verbales et/ou verbales qui précèdent les « formes adultes ». Quels sens attribuer à ces productions précoces de l’enfant ? Comment se placer au plus près du point de vue de l’enfant et de son interlocuteur ? Peut-on analyser une production qui émerge dans l’interaction humaine sans prendre en compte la multimodalité, sans intégrer aux productions verbales, les gestes, les mimiques, le positionnement des interlocuteurs, les regards, les réactions émotionnelles?

Les enjeux et intérêts d'une telle recherche sont multiples, par exemple :

  • L'apport scientifique concernant la manière dont se développe  la conscience de soi humaine entre 15 mois et 48 mois eu égard à l’incidence de l’auto-désignation de soi comme facteur de transformation profonde du système identitaire et du rapport à soi ;
  • L'étude micro-développementale des phases du développement de la conscience de soi dont les étapes chronologiques pourront servir d’échelle de référence pour l’évaluation de l’âge de développement du jeune enfant de 15 à 48 mois. Des possibilités s'ouvrent par exemple pour éclairer le diagnostic de jeunes enfants autistes ou présentant un retard ;
  • Le développement d’un protocole expérimental innovant (couplage de données oculométriques et émotionnelless objectives) à destination des plus jeunes enfants qui ne verbalisent pas encore, rencontrent des difficultés à verbaliser ou encore ne possèdent pas les aptitudes verbales suffisantes pour exprimer une réaction complexe liée aux  processus mentaux à l’œuvre.