IDRÉP

« L’information sur le nucléaire en débats : Réversibilité de la décision et (non)-publics. Autour du centre de stockage des déchets de Bure »

Responsable scientifique : MASSERAN Anne
Mots clés : information, réversibilité, engagement, débat public, action publique
picto small clock Durée prévue : 12 mois
picto play Date de démarrage : 2013-05-01

 

logo hypotheses Projet terminé en 2014.
Vous pouvez en consulter le bilan scientifique sur notre Carnet de Recherches en ligne en cliquant sur ce lien.

 

.

Disciplines des chercheurs lorrains

Anthropologie
Philosophie, histoire de la pensée, sciences des textes, théorie et histoire des littératures et des arts
Sciences de l'information et de la communication

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

CHAVOT Philippe (MC) - LISEC (EA 2310), université de Strasbourg
IMBERT Cyrille (CR) - LHSP - AHP (UMR 7117), CNRS
MASSERAN Anne (MC) - CREM (EA 3476), université de Strasbourg
SIMON Emmanuelle (IR) - CREM (EA 3476), Université de Lorraine
WALTER Jacques (PR) - CREM (EA 3476), Université de Lorraine
WEILL Agnès (Docteur) - CREM (EA 3476)


Autres partenaires et chercheurs engagés dans le projet

JEBEILE Julie (Doct., IHPST UMR CNRS 8590, université Paris 1 Panthéon/Sorbonne/ENS)


Présentation

En quoi l’information constitue-t-elle un enjeu essentiel à la participation/non participation des publics aux choix technoscientifiques ? Prenant pour cas d’étude les débats autour de la réversibilité de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse/Haute-Marne), le projet IDRéP examine cette question en tenant compte de quatre dimensions : l’incertitude relative à une décision réversible engageant les générations futures ; les ressorts de la non-participation aux débats ; les incidences de la mémoire territoriale et de celle des catastrophes nucléaires sur la construction des informations et des imaginaires ; les processus d’émergence de « communautés de publics » autour des mises en sens de l’information. Pour ce faire, le projet articulera une analyse philosophique en épistémologie sociale et une étude empirique en sciences de l’information et de la communication. Cette complémentarité permettra de discuter des conditions de transmission de l’information et d’observer la manière dont elle circule dans et en dehors des débats.

Ce projet exploratoire préfigure l’ouverture d’un champ de recherche sur le nucléaire au sein de l’université de Lorraine. En posant les sciences humaines et sociales comme initiateurs d’un tel projet, l’université rompt avec le recours à celles-ci comme garant de l’acceptabilité sociale de l’innovation.

Dans la perspective de fécondation interdisciplinaire que permet la MSH Lorraine, le projet IDRép articule deux approches : une analyse en épistémologie sociale permettant de discuter des conditions de transmission de l’information et une étude empirique en sciences de l’information et de la communication portant sur le débat autour de CIGéo.

A noter :
Ce projet de la MSH Lorraine est intégré dans le programme NEEDS (initié par la mission pour l'interdisciplinarité du CNRS) et soutenu dans le cadre de l'appel à projets NEEDS 2013 : Nucléaire, risques et société.
Pour en savoir plus

Actualité liée : Annonce et programme du symposium / décembre 2013

.