AMPLORR

« Actes médiévaux des princes lorrains ; vers un corpus numérisé »

Responsable scientifique : BLANCHARD Jean-christophe
Mots clés : Ferry III, Lorraine, Actes, Scripturalité, Base de données
picto small clock Durée prévue : 24 mois
picto play Date de démarrage : 2014-01-01

[Projet terminé]

Projet terminé en 2016
Vous pouvez en consulter le bilan scientifique sur notre Carnet de Recherches en ligne en cliquant sur ce lien.

Disciplines des chercheurs lorrains

Histoire et civilisations
Informatique
Langue et littérature françaises
Linguistique Historique Française et Romane

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

BALOUZAT-LOUBET Christelle (MC) - CRULH (EA 3945), Université de Lorraine
BAZIN - TACCHELLA Sylvie (PR) - ATILF (UMR 7118), Université de Lorraine
GUYOT-BACHY Isabelle (PR) - CRULH (EA 3945), Université de Lorraine
MOUGEOT Jean-Daniel (Doct) - CRULH (EA 3945), Université de Lorraine
PETITJEAN Etienne (IR) - ATILF (UMR 7118), CNRS
SOUVAY Gilles (IR) - ATILF (UMR 7118), CNRS


Présentation

Par sa situation entre Regnum et Imperium, entre Francia et Germania, la Lorraine est un observatoire privilégié des mécanismes en jeu dans la formation des principautés territoriales. Cependant, ici comme ailleurs, c’est d’abord par le biais de l’écrit et de son instrumentalisation par les pouvoirs que l’on peut prétendre à la compréhension de ces mécanismes. Or, depuis le XIXe siècle, l’érudition n’a livré que des inventaires partiels, dont la diffusion confidentielle a été un obstacle à la mise en oeuvre d’une recherche rigoureuse et d’envergure. Depuis quelques années, l’ambition s’est manifestée de dresser un état exhaustif du corpus des princes lorrains médiévaux (EVADULOR), mais l’effort a porté essentiellement sur le règne de René II. C’est pourquoi, il a semblé urgent de reprendre l’entreprise en amont, à partir du règne de Ferry III qui, par sa durée exceptionnelle (1251- 1303), offre un temps et un champ d’observation privilégiés de l’essor quantitatif, de la formalisation et des transferts culturels que connaît l’écrit administratif et gestionnaire.
Sur les 2000 actes répertoriés dans les différents dépôts de conservation, 500 ont été transcrits et peuvent désormais être mis à la disposition de la communauté scientifique. Dans cette perspective, l’Atelier diplomatique propose, en partenariat avec l’ATILF, de procéder à un encodage XML réfléchi de 300 de ces textes afin que l’historien puisse mener sur le corpus qu’ils composent des interrogations croisées. Parallèlement, par leur lemmatisation, ces mêmes textes viendront enrichir la base du Dictionnaire du Moyen Français et ouvriront leur champ au questionnement des linguistes. Ainsi, cette première opération constituera une base solide pour poursuivre la mise en ligne des actes des successeurs de Ferry III.