TSANGA

« rendez-vous du TSANGA : Transmissions des Savoirs et Appropriation Numérique des Générations Africaines »

Responsable scientifique : GRAND'EURY-BURON Sylvie
Mots clés : Transmission Savoirs, Appropriation Numérique, Génération Afrique,
picto small clock Durée prévue : 6 ans
picto play Date de démarrage : 2017-01-01

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

GRAND'EURY-BURON Sylvie (MC) - ECRITURES (EA 3943), Université de Lorraine


Disciplines des chercheurs lorrains

Langues, langage, discours

Présentation

Responsable Scientifique : GRAND'EURY-BURON Sylvie (MC) - ECRITURES (EA 3943), Université de Lorraine

 

 

Cliquez sur l'image pour accéder au site WEB

PrésentatLe projet « Les Rendez-vous du TSANGA : Transmissions des Savoirs et Appropriation Numérique par des Générations Africaines » s’inscrit dans l’opération Savoirs locaux, savoirs globaux dans des Pays du Sud (Amérique Latine et pays de l’ACA « Afrique-Caraïbes-Pacifique »), Orientation 4-Écritures du monde de l’axe 3 Constructions mémorielles et sacralisation (COMES) du Centre Ecritures.

L’Opération Recherche : Savoirs locaux, savoirs globaux dans les Pays du Sud (Amérique Latine et pays de l’ACA « Afrique-Caraïbes-Pacifique ») : La question des savoirs, de leur transfert géographique et culturel, mais aussi de leur transmission générationnelle, voire de leur transférabilité ou de leur transmissibilité dans des contextes inégalitaires, est ici au coeur des réflexions. Cette question est intimement liée à celle des cultures et en particulier des langues (des univers culturels construits par les langues) ; linguistique africaine, étude des arts plastiques, approches textuelles (littérature, théologie) et applications didactiques s’associeront ici afin d'examiner la question des savoirs en contextes local et global dans une démarche-action qui se veut novatrice du point de vue de la méthode institutionnelle puisqu’elle cherchera, d’une part, à stimuler l’enquête participative nationale et internationale et qu’elle mobilisera, d’autre part, les outils numériques collaboratifs (bases d’archivages, échanges) parallèlement à celle de la mobilité des chercheurs lors d’incontournables et essentielles rencontres physiques, pour développer une dynamique différente par une mutualisation accrue de moyens sur le plan international, notamment nord-sud. Le fait de favoriser des actes de mutualisation de moyens et d’informations contribue à l’ancrage d’une application concrète de l’édification et d’échanges de la transmission des savoirs sur le plan international.
1.2. Le Projet : TSANGA « Transmissions des Savoirs et Appropriation Numérique des Générations Africaines » 2017-2022
Objectifs : L'hypothèse globale initiale part de l'idée que les savoirs traditionnels ne constituent pas un frein au développement d’une communauté, mais au contraire que la valorisation, l’exploitation actuelle et la transmission des savoirs traditionnels littéraires et artistiques, aussi bien en langues maternelles que véhiculaires ouvrent des opportunités, créent des tremplins pour satisfaire de nombreux objectifs d’appui au développement notamment dans les actions d’autopromotion actuelle des communautés africaines locales, l’intégration des enfants de migrants dans le monde voire même de communautés diasporiques. Ainsi, même si la fracture numérique est encore vaste avec l’Europe, l’Afrique se saisit de cet outil localement, dans des contributions et des partenariats d’archivages panafricains et par de nombreux auteurs, entrepreneurs émigrés. Comprendre, valoriser et redonner confiance à une altérité parfois chaotique s’inscrivent avec des volontés et moyens mutualisés des savoirs Nord-Sud et inversement. Elles accentuent la créativité des nouvelles générations, les mutations, la mise en valeur des spécificités africaines et un tremplin d’accès à des populations en désarroi linguistique et culturel issues de ce continent. Cette hypothèse vaste et trop étendue à de nombreux domaines d’activité justifie d’être ciblée et circonscrite dans le cadre préliminaire de cette opération. C’est pourquoi dans la première phase de nos activités 2017-2020, la zone ciblée est l’Afrique subsaharienne même si les rencontres s'inscrivent toujours dans une perspective comparatiste avec d’autres pays et l’objet «COULEURS » constitue l’axe central d’approche théorique et méthodologique. Ce thème fort décrit et prégnant dans notre quotidien constitue le mot-clé fédérateur pour réfléchir, comparer et agrandir notre réseau d’acteurs dans les domaines de la méthodologie de la recherche de terrain, les langues et les littératures, les arts et la transmission des savoirs locaux, l’origine de techniques d’apprentissage, la transformation des modes d’organisation sociale, l’intégration et le développement de ces cultures dans l’environnement actuel. Ainsi, il s’agit
- d’examiner la manière dont les couleurs perçues, dénommées et traduites en Afrique sont ou ont été transmises et développées dans la réalisation d’oeuvres littéraires et artistiques, de messages spirituels ou didactiques (apprentissage, formation, traduction);

- de se saisir de ce thème de la perception, la dénomination et de l’application de la couleur comme d’un échantillon particulièrement significatif, susceptible de susciter des réflexions transdisciplinaires sur la pertinence ou non des approches théoriques et méthodologiques employées2
- de traiter l’ensemble dans un contexte intergénérationnel avec les moyens apportés par les avancées technologiques notamment numériques. Les recherches sur le continent africain progressivement libérées des orientations initiales imposées par l’idéologie coloniale créent depuis une vingtaine d’années des dynamiques méthodologiques et conceptuelles aussi bien exogènes qu’endogènes qui demeurent encore trop méconnues. Elles ne s’effectuent plus forcément au sein des espaces « élites intellectuelles » des pays du Sud formées à l’étranger et connectées à plusieurs traditions nationales et internationales scientifiques. De nouveaux paradigmes d’angle de recherches apparaissent tandis que d’autres sont remis en question et justifient d’être mis au jour et échangés sur le plan intergénérationnel et transdisciplinaire.
Ainsi pour satisfaire cet objectif, deux enjeux préparatoires sont essentiels : un de nature méthodologique avec des outils numériques comme la plate-forme FOAD COMES (Formation Ouverte et/ou à distance) et des temps d’échange scientifiques en présentiels : - La plate-forme FOAD–COMES, créée octobre 2016 s’inscrit en tant que contribution aux échanges équitables Nord-Sud, la phase de préparation et la dynamique méthodologique sur la base d’une démarche recherche-action avec élargissement et construction d'un réseau. Elle intègre au fur et à mesure des chercheurs des universités des pays du Sud en tenant compte des structures partenaires comme l'AUF, le SEDYL-IRD, le PLIDAM-INALCO, le réseau d’africanistes et de linguistes, ethnolinguistes anthropologues de terrain de Sylvie Grand’Eury-Buron construit lorsqu’elle était membre du LLACAN–CNRS UMR 8135, de ses participations à l’ARES et/ou lors de ses activités et recherches de terrain en RCA (ONG CEDIFOD, APARU, SIL, PNUD)3. Elle s’avère très pratique et fonctionnelle pour la construction progressive du réseau d’échanges et de transmission des savoirs entre spécialistes (non membres de l’UL). Outils d’information et d’autoformation de données sur le thème et/ou des éléments non spécifiques à notre discipline de rattachement ou de formation, elle devrait très rapidement aussi bien favoriser la recherche des collègues et doctorants des universités et instances africaines partenaires (Yaoundé1-Cameroun, Bangui-RCA, Kinshasa-RDC, Libreville-Gabon) que les nôtres.
L’usage et la valorisation de la FOAD-COMES entrent pleinement dans le projet car celle-ci constitue un des principaux enjeux de la construction des échanges. L’ensemble de ces outils est d’être d’ici fin 2022, un espace favorable d’échanges scientifiques pluridisciplinaires et une passerelle relais pour des contenus scientifiques et d’enseignements universitaires destinés à des collègues et doctorants Nord-Sud. Rien n’exclut également ensuite qu’une partie de cette plate-forme soit formalisée concrètement avec l’accès à des cours en ligne pour valider des UE choisies en fonction du choix de 2 ou 3 disciplines (anthropologie, linguistiques, théologie, littératures, art-designer, commerciale, etc.). L’intention finale du projet est de proposer une formation de type Master2 à distance - pluridisciplinaire et professionnalisant, à double appartenance universitaire (universités partenaires des pays du Sud et Université de Lorraine) et comportant des périodes d’immersions dans les communautés culturelles concernées.
- l’organisation du colloque international du 9 et 10 novembre 2017 qui sera à la base de quatre futurs temps biannuels, sous la forme de journées scientifiques internationales « Les Rendez-Vous du TSANGA» jusqu’en 2019. Ils sont envisagés avec une alternance des lieux sur les sites lorrains en fonction de la nature des thèmes et des disciplines principales où l’on observe la présence de centres de recherches et des départements universitaires touchés par la problématique de l’opération, et tour à tour pour cernerles enjeux méthodologiques et épistémologiques sur et autour du thème « Couleurs » :

- Colloque international des 9-10 novembre 2017 Perception et catégorisation-dénomination Couleurs : « Méthodologie d’action, vision, perception, cognition " et « Lumière et/ou teinte, dénominations et réalités complexes dans sa diversité ») Lieu : CLSH Nancy
- mars-avril 2018, couleurs : Contextes historiques des malentendus et/ou de l’exploitation de signes « locaux » dans des langages « globaux » (Exploitations, réappropriation des représentations conceptuelles pour servir les enjeux coloniaux), Lieu UFR Arts, Lettres et Langue – METZ ;
- novembre 2018, Couleurs et aspect des composés dans les oeuvres physiques, dont les arts (sculpture, architecture, art plastique) - Lieu ARTEM – Nancy ;
- avril 2019 Réappropriations contemporaines (autochtones ou allochtones) pour favoriser la création, la transmission des savoirs et le développement d’oeuvres artistiques et littéraires ; lieu UFR Arts, Lettres et Langue – METZ ;
- novembre 2019 Pertinence des usages et habitudes dans les figures de style (comparaison-métaphore) dans la traduction de documents religieux et d'enseignement - ATILF- CLSH - Nancy
Cette première série « Les Rendez-Vous du TSANGA» se termine par l’organisation sur le sol lorrain d’un congrès international "La couleur dans la transmission des savoirs contemporains en Afrique subsaharienne)"en 2020 qui devrait permettre l’accueil et la restitution de nos partenaires africanistes.
La 2ème phase du projet 2020-2022 s’établit à partir des résultats de la phase précédente. Elle intègre l’évolution et l’utilisation actuelle des savoirs acquis localement, via le dynamisme de la diaspora ou les hybridations culturelles dans les oeuvres physiques, littéraires sur les supports classiques et numériques dans d’autres Pays du Sud.