UNGEMEINT

« Universités et Grandes écoles : les mobilités étudiantes internationales (d’hier à aujourd’hui) Perspectives socio-historiques et contemporaines »

Responsable scientifique : BETTAHAR Yamina
Mots clés : institutions d’enseignement supérieur, circulations étudiantes internationales, socio-histoire, diplomatie, attractivité
picto small clock Durée prévue : 12 MOIS
picto play Date de démarrage : 2017-01-01

Disciplines des chercheurs lorrains

Sciences de l'éducation

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

PAIVANDI Saeed (PR) - LISEC (EA 2310), Université de Lorraine
PAYE Simon (MC) - 2L2S (EA 3478), Université de Lorraine


Présentation

L’objectif de cette pré-opération, sous la forme de deux séminaires de recherche préparatoires au colloque international prévu en octobre 2017 et de la présentation d’une exposition conjointe avec la Cité des mobilités étudiantes dédiée aux mobilités étudiantes internationales (d’hier à aujourd’hui), est de présenter et d’analyser, dans un cadre pluridisciplinaire et comparatif au niveau international, des questions qui relèvent de la mobilité estudiantine en prenant en compte les enjeux économiques, sociaux et politiques qu’elles contribuent à soulever de manière cruciale aussi bien pour les pays d’origine que pour les pays d’accueil. Il s’agira d’interroger ici également les articulations entre enjeux et politiques étatiques et les logiques locales toujours dans une perspective comparatiste internationale.

Cette proposition a pour objectif :

-          D’approfondir et de capitaliser les résultats des travaux de ces 5 dernières années qui ont donné lieu à des publications collectives et individuelles (cf. liste jointe en annexes) ;

-          De susciter une confrontation théorique et méthodologique avec un réseau élargi des chercheurs français et étrangers

-          De renforcer à terme la visibilité internationale de travaux menés à l’origine dans un cadre essentiellement régional.

-          De susciter l’émergence de nouveaux chantiers de réflexion.


 

Au-delà de ces objectifs, l’ambition à moyen terme, est de consolider les réseaux et les scientifiques déjà établies, de développer de nouvelles collaborations au niveau international et de proposer la création d’un outil dédié à la perpétuation des relations  avec les jeunes étudiants étrangers formés sur le territoire lorrain et censés repartir dans leur pays d’origine pour trouver un emploi.

Il convient de rappeler ici que le phénomène de mobilité estudiantine est un phénomène ancien. En Lorraine mais pas seulement, nos travaux antérieurs ont pu montrer, que sans remonter aux périodes fondatrices, les mouvements migratoires spontanés d’étudiants venus majoritairement d’Europe centrale et orientale, en raison de questions politiques et sociales propres à cette région, se sont par la suite élargis à d’autres espaces, après l’accession à l’indépendance des anciens territoires sous influence française[1].

Les contingents d’étudiants deviennent progressivement plus systématiques et organisés dans le cadre d’accords inter-étatiques et d’une diplomatie universitaire orchestrée par les États et les instruments mis en œuvre dans le sillage du processus de Bologne et de la stratégie de Lisbonne pour faciliter un tant soit peu la mobilité des étudiants étrangers (c’est le cas de Campus France et des programmes internationaux élaborés par la Commission européenne et ses partenaires). Mais aujourd’hui, après deux décennies d’efforts consentis et de ressources allouées en faveur de l’attractivité de ces jeunes talents internationaux, se pose alors la question de savoir si les résultats sont à la hauteur des efforts déployés

Ou si l’émergence de tensions entre le local et l’international ne laissent apparaître des distorsions dont on n’avait pas pris la mesure.

 


[1] Bettahar Yamina et Birck Françoise, Étudiants étrangers en France. L’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du XXe siècle, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2009.