JECMA

« JUDAÏSME ET CHRISTIANISME AU MOYEN ÂGE »

Responsable scientifique : VANNIER Marie-Anne
Mots clés : Dialogue interreligieux, Maïmonide, Écriture, Herméneutique,
picto small clock Durée prévue : 12 MOIS
picto play Date de démarrage : 2017-01-02

Disciplines des chercheurs lorrains

Théologie

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

VANNIER Marie-Anne (PR) - ECRITURES (EA 3943), Université de Lorraine


Présentation

Le projet JECP (Judaïsme et christianisme chez les Pères : Projet MSHL) a amené des résultats importants et intéressants. Non seulement, Daniel Boyarin,spécialiste de la question, et professeur à l’Université de Berkeley, est venu à deux reprises nous faire partager les résultats de ses recherches, mais nous avons également pu organiser des colloques avec les spécialistes actuels, dont un colloque de synthèse : Judaïsme et christianisme chez les Pères, publié dans la collection JAOC aux Éditions Brepols.
Nos collègues nous ont demandé de prolonger les recherches, en raison des découvertes réalisées dans ce domaine en pleine mutation, qui a été redécouvert depuis peu. Nous le faisons, de manière informelle, avec les uns et avec les autres, comme ce fut le cas, par exemple, au colloque de Louvain-la–Neuve, mais il serait préférable de pouvoir mener ces recherches dans un cadre institutionnel : celui de la MSH s’y prête tout à fait et a largement contribué à l’essor du projet JECP.
De plus, nous souhaiterions étendre ce projet, interdisciplinaire, international et interinstitutionnel, au Moyen Âge, avec les mêmes exigences, et passer ainsi de JECP à JECMA (sans oublier les rapports entre les deux
périodes, ce qui n’a guère été réalisé jusqu’ici, mais comme se propose déjà de le faire Markus Vinzent pour une recherche sur : Presbyteron kreitton : la réévaluation de la tradition par les commentateurs juifs et chrétiens des XIII° et XIV° siècles…). En effet, les rapports entre Judaïsme et christianisme sont plus nombreux et plus faciles à identifier au Moyen Âge, mais les études sur la question sont encore peu nombreuses.
Cette articulation entre Judaïsme et christianisme au Moyen Âge rejoint également des études novatrices que nous avons déjà menées dans d’autres contextes, en particulier sur Eckhart et Maïmonide et sur « Eckhart et la mystique juive » (in : D. Cohen-Levinas, A. Gouggenheim, L’antijudaïsme à l’épreuve de la philosophie et de la théologie, Paris, Seuil, coll. « Le genre humain » 56-57, 2016, p. 105-121), ainsi que la traduction et la présentation récentes que nous avons réalisées de deux ouvrages importants d’Eckhart (avec Jean-Claude Lagarrigue et Jean Devriendt) : Le commentaire du Livre de la Sagesse (Paris, Belles Lettres, 2015) et le Livre des Paraboles de la Genèse (Paris, Belles Lettres, 2016). S’y ajoutent des recherches locales à Strasbourg et à Erfurt, en particulier. Désormais, nous souhaiterions les approfondir et les reprendre, de manière globale, afin de les valoriser. Notre projet prendra également en compte la dimension régionale, de manière plus large, en lien avec les associations du Judaïsme d’Alsace Lorraine, 4 afin de préciser les rapports entre Juifs et chrétiens au Moyen Âge dans la Grande Région pour en venir à une exposition et préciser les données patrimoniales.
En effet, ce projet s’il a un ancrage solide dans le rapport entre Eckhart et le Judaïsme, est beaucoup plus vaste et vise à mettre en évidence les rapports entre Judaïsme et christianisme au Moyen Âge, tant pour la lecture de l’Écriture que pour un certain nombre de thématiques (Eric Mangin reprendra celle de l’intellect, …), sinon communes, du moins convergentes, ce qui impliquera une interdisciplinarité et des recherches, menées tant sur le plan national qu’international, en particulier, avec ceux qui les ont renouvelées ces dernières années, par exemple sur le plan de l’exégèse : Gilbert Dahan et Annie Noblesse- Rocher…
Les quelques mois qui sont proposés permettront alors, avec l’aide de la MSH, de monter un réseau de recherche plus large sur la question.


À partir de cette recherche sur les rapports entre Judaïsme et christianisme au Moyen Âge, nous envisageons un colloque international et interdisciplinaire en octobre, avec les spécialistes de la question, et dont les Actes seront publiés, en vue de faire avancer les études dans ce domaine, ainsi que sur un pan de l’oeuvre d’Eckhart, qui est encore très peu travaillé aujourd’hui. Des articles sur des points spécifiques, dont Eckhart et le Judaïsme seront également publiés.
Une exposition itinérante complètera l’ensemble.
Un réseau international de recherche sera mis en place.


Nous envisageons une exposition itinérante, partant du Musée de la Cour d’or, avec des panneaux, expliquant les rapports entre Judaïsme et christianisme au Moyen Âge, puis allant au Musée de l’oeuvre Notre Dame à Strasbourg, à Luxembourg, avant d’arriver à Erfurt.
Nous pensons y joindre des fiches pédagogiques, analogues à celles proposées pour l’exposition sur le trésor des Juifs de Colmar et d’Erfurt (Musée de Cluny).
Les journées européennes de la culture juive nous permettront de les faire connaître.
La Luxemburger School of Religion and Society se propose également de nous aider à faire connaître les résultats de notre projet, tant par l’exposition qu’ils accueilleront que par l’organisation de tables-rondes qui serviront de relais.