PLANSPIEL

« Frontières et cultures de l’aménagement »

Responsable scientifique : HAMEZ Grégory
Mots clés : culture, aménagement, frontière, séminaire,
picto small clock Durée prévue : 12 MOIS
picto play Date de démarrage : 2017-01-02

Chercheurs et personnels d'appui lorrains engagés

DORKEL Nicolas (MC) - LOTERR (EA 7304), Université de Lorraine
HAMEZ Grégory (MC) - LOTERR (EA 7304), Université de Lorraine


Disciplines des chercheurs lorrains

Géographie physique, humaine, économique et régionale

Présentation

L’aménagement transfrontalier constitue une question de recherche en émergence. La
demande politique et sociétale est de plus en plus forte sur ce thème, dans la mesure où des
esquisses d’urbanisme et d’aménagement transfrontalier se mettent en place dans de
nombreux espaces en Europe (par exemple autour de Lille, Luxembourg, Strasbourg et
Genève pour ce qui concerne les frontières de la France), et que de nouveaux instruments
européens ont été mis en place pour faciliter les échanges, comme les GECT –
Groupements européens de coopération territoriale.
Cependant, l’aménagement transfrontalier constitue un processus paradoxal dans la mesure
où les compétences de l’aménagement relèvent toujours de la sphère nationale (Hamez
2015). Les enjeux sont transfrontaliers, mais les institutions en charge de leur gestion sont
définies dans un contexte national, en suivant une législation propre à leur pays ou à leur
Land, avec des outils nationaux, le tout pour répondre à une demande sociale qui s’exprime
différemment suivant les contextes nationaux (cf. les résultats du projet MSH Infotransfront).
L’aménagement aux frontières est ici considéré comme un sujet de recherche original, dont
l’analyse requiert l’implication de compétences issues de différentes disciplines scientifiques
(notamment géographie, sociologie, sciences politique et ingénierie), et de connaissances
provenant des différents pays concernés.
Le projet PlanSpiel aborde la question des cultures de l’aménagement entre les différents
pays. En effet, au-delà des différences institutionnelles et procédurales, l’aménagement du
territoire est un processus propre à chaque société (Elissalde, Santamaria, 2014). Il reflète
de façon explicite ou implicite le rapport des sociétés à la nature, comme leur rapport à
l’espace. A titre d’exemple, les objectifs communautaires généraux de développement
durable, de cohésion territoriale ou d’urbanisme participatif trouvent une traduction à chaque
fois particulière au sein de chaque contexte national (Pallagst 2015). L’espace de la Grande
Région est particulièrement intéressant en la matière, car les aménageurs et urbanistes
amenés à coopérer dans un cadre transfrontalier se trouvent confrontés directement à cette
hétérogénéité des cultures de l’aménagement.
En outre, la question des cultures de l’aménagement en contexte transfrontalier constitue
une des thématiques phares dégagées par le réseau de chercheurs qui s’est développé
dans le cadre des GRETI-UniGR Border Séminaires, soutenus par la MSH Lorraine
(Dudelange mars 2015, Pont-à-Mousson novembre 2015, Sarrebruck novembre 2016). Il
s’agit d’une des trois parties du livre collectif Réalités, perceptions et représentations des
frontières, édité par Grégory Hamez avec le soutien de la MSH Lorraine, et en cours de
finalisation (sortie prévue mi 2017). Suivant la définition proposée par Karina Pallagst dans
ce livre collectif, une culture de l’aménagement englobe « les inspirations sociétales à
l’aménagement - ses processus et ses résultats. Elle se réfère aux valeurs et aux croyances
partagées des acteurs impliqués dans l’aménagement, ainsi qu’aux méthodes et outils qu'ils
appliquent et produisent. » (Pallagst 2017).
Pour progresser sur ce thème, le projet PlanSpiel vise à mettre en lumière les
caractéristiques principales différenciant les cultures de l’aménagement dans la Grande
Région. Pour cela, les chercheurs impliqués organisent un séminaire de 2 jours, dans lequel
des praticiens de l’aménagement issus de chaque entité de la Grande Région seront réunis
en suivant la méthode des focus groups. Ces praticiens seront invités à participer à plusieurs
jeux d’aménagement (Planspiel en allemand) ; par exemple, ils seront mis en situation de
réagir à une question concrète d’urbanisme. La pratique du jeu se prête particulièrement bien à l’implication collective, et à la mise en évidence des différences d’ordre culturel. Les jeux seront animés par les doctorants des cinq universités participantes.
Le projet est mis en oeuvre par le réseau de doctorants en géographie/ aménagement/ science politique/ ingénierie des universités de la Grande Région, constitué dans le cadre des GRETI-UniGR Border Séminaires.


D’un point de vue théorique, les résultats prendront la forme d’une modélisation des cultures de l’aménagement : proposition d’une grille d’analyse, identification des critères principaux de différenciation entre les 4 pays, et retour théorique et méthodologique sur la définition d’une culture de l’aménagement.
D’un point de vue méthodologique, des résultats sont attendus sur l’intérêt du focus group interdisciplinaire et croisant les acteurs de quatre pays.

Ces résultats seront valorisés de deux façons :
- rédaction d’un article scientifique collectif dans une revue internationale (telle que Journal of Borderland Studies)
- soumission d’une communication à la conférence internationale de l’ABS/ Association of Borderland Studies à Vienne en 2018.

Dans la mesure où le projet constitue une démarche collective entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés des 6 universités de la Grande Région sur le thème de l’aménagement, il a également pour résultat de contribuer à la consolidation d’un réseau interdisciplinaire et international de chercheurs. En outre, ces chercheurs sont également impliqués dans le projet Interreg « Centre européen de compétences et de ressources en études sur les frontières (Border Studies) » déposé le 12/01/2017, et soutenu par la MSH (l’action 7 du projet Interreg est relative à l’aménagement).